Histoire et Objectifs du Mastère

Ce mastère est une initiative jointe dans le cadre de la convention de coopération entre la faculté de Droit de l'Université de Tunis Carthage et l'Ecole d'Economie de Paris de 2015  pour le développement et la réalisation d'un programme de master pluridisciplinaire "Gouvernance et lutte contre la corruption".

L'idée fût initiée de manière indépendante d'un côté par le professeur. Neila Chabaane de l'université de Carthage après la révolution de 2011 et de l'autre par le professeur Ariane Lambert-Mogiliansky de PSE à peu près au même moment. Une rencontre eu lieu en 2013  à Tunis et Neila et Ariane décidèrent de joindre leurs forces pour mener à bien ce projet.  

La faculté de Droit de Carthage est renommée pour la qualité de son corps enseignants. De son côté PSE est une institution de renommée internationale classée 3ème en Europe et 7éme au monde. En outre elle consacre une attention particulière à l'économie de la corruption au travers de sa chaire Economics of Transparency and Accountability. Par ailleurs sa place centrale en France lui permet d'être en relation avec d'autres institutions comme Sciences Politique Paris afin d'attirer des spécialistes de disciplines différentes.   

L'objectif du mastère

L'objectif de ce programme qui s'adresse à des étudiants en droit, économie, gestion publique, sciences politiques, sociologie et histoire est de donner une formation de grande qualité sur les phénomène de corruption et la manière de les combattre. Mieux comprendre pour oeuvrer au développement économique et politique dans la transparence et la reddition des comptes effective.  

Le programme s'adresse à des étudiants de langue française de toute l'Afrique francophone, il vise à créer des compétences pratiques mais aussi un corps de chercheurs dédié à l'étude des phénomènes de corruption sous ses  multiples facettes. 

Partenaires

Les deux première promotions sont financées par le Fond MOUSSANADA qui est un fonds multi bailleurs: Coopération Suisse (SECO), la Banque mondiale et depuis 2016 l'Union Européenne et le gouvernement britannique.