La Presse du 7 avril sur master GLCC


Université

Un master pour comprendre et réagir contre la corruption

La faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis propose depuis octobre 2017 un nouveau master dont le thème est inscrit dans l’actualité politique et économique du pays : «Gouvernance et lutte contre la corruption».
Ce master pluridisciplinaire, qui tombe à pic avec l’engagement du gouvernement Youssef Chahed contre la corruption et la dynamique impulsée par l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inluc), incarne une initiative conjointe entre la faculté de Droit de l’Université de Tunis-Carthage et l’Ecole d’économie de Paris (PSE). 
L’idée de cette formation est née après la Révolution du 14 Janvier de manière indépendante et spontanée. Les deux initiatrices du projet sont d’une part la juriste et doyenne de la faculté de Droit, le Professeur Neila Chaâbane, ex-ministre de la Femme (2014) et ancienne membre de la Commission nationale d’investigation sur la corruption et la malversation (2011-2012), et de l’autre, le Professeur Ariane Lambert-Mogiliansky de PSE, spécialiste entre autres dans le domaine de l’économie de la corruption. A rapproché les deux professeurs, le même engagement pour combattre ce fléau transnational et « présent dans les sociétés depuis des millénaires », précise le Professeur Lambert-Mogiliansky, qui a clos mi-mars dernier son séminaire.

Une formation pluridisciplinaire
Le programme «Gouvernance et lutte contre la corruption» est ouvert à un public cible provenant à la fois de Tunisie et de toute l’Afrique francophone. Les étudiants de cette première promotion ont été sélectionnés sur la base de leurs compétences formelles, de leur expérience professionnelle, de leurs motivations diverses et d’un entretien organisé par l’équipe de la faculté de Tunis-Carthage. Le groupe, où dominent des cadres de l’administration publique, rassemble des profils variés. Il inclut un journaliste et deux parlementaires au côté d’un colonel des douanes et d’un magistrat.
Avec des horaires adaptés à des étudiants engagés dans la vie active, «Gouvernance et lutte contre la corruption» dispense des cours d’histoire, de droit, d’économie, de gestion publique, d’anthropologie, de psychologie, de sociologie et des sciences de la communication. L’équipe d’enseignants est fondée sur la mixité et réunit des chercheurs et des universitaires français et tunisiens, dont Chaker Mzoughi (instruments internationaux de lutte contre la corruption), Salwa Hamrouni (aspects éthiques de lutte contre la corruption), Ariane Lambert-Mogiliansky (économie de la corruption), Francis Bloch (théorie de jeux), Haykel Ben Mahfoudh (corruption dans le secteur de la sécurité), Neila Chaâbane (corruption dans le secteur public et privé), Emmanuele Lavallée (théorie de la mesure)…

Des compétences et des débouchés
Le master a pour objectif de dispenser une formation de qualité sur les phénomènes de corruption et la manière de les combattre. Il vise à créer des compétences pratiques mais aussi un corps de chercheurs dédié à l’étude du phénomène de la corruption sous ses  multiples facettes.
« Il s’agit d’une formation académique, qui comparée à d’autres dans ce même domaine, ne délivre ni recettes, ni recommandations. Mais permet plutôt de bien comprendre les mécanismes relatifs à ce problème. Et comme toujours, lorsqu’on accède à l’intelligence des choses, notre motivation augmente et on sait y répondre », explique Ariane Lambert-Mogiliansky. 
Le secteur de la lutte contre la corruption étant en pleine expansion, les possibilités de recrutement sont nombreuses pour les maîtrisards : tous les ministères ont une cellule de bonne gouvernance. Par ailleurs, le secteur privé est de plus en plus dans la nécessité de se doter de ces compétences pour faire face aux exigences en matière de conformité aux normes anti-corruption (ISO 37001). Enfin, les organisations de la société civile, les élus et les médias semblent également à la recherche de ces « experts » de l’anticorruption.  
Le système de gouvernance locale qui sera installé dans le pays à l’issue des élections municipales du mois de mai prochain ouvrira aussi probablement de nouveaux débouchés pour les détenteurs de ce master. 
Les deux première promotions sont financées par le Fonds Moussanada, un fonds multi-bailleurs : Coopération Suisse (Seco), Banque mondiale et depuis 2016 l’Union européenne et le gouvernement britannique.

Auteur : Olfa BELHASSINE

http://www.lapresse.tn/index.php?option=com_nationals&task=article&id=146503

  Le 07-04-2018